Feed.

    Entreprises : Le clivage entre les générations n'existe pas !

La communication RH a ses prédicateurs. A l’aube des années 2000, le papy-boom devait laisser place au plein emploi et donc à la guerre des talents, les entreprises allaient devoir communiquer spécifiquement. hum…

Identifiée dès le début 2000, Génération Y ou digital natives devaient sonner le glas de l’entreprise à la Papa. Imaginez, ces jeunes gens étaient nés avec un environnement numérique. Il fallait communiquer spécifiquement !

Bon les Y ont donné au selfie son heure de gloire. C’est déjà ça.

Attention en 2016, les mutants débarquent, eux sont nés avec les nouvelles technologies, ce qui n’est pas le cas de la génération Y, ah bah si. A tous les coups, il va falloir communiquer spécifiquement !

Bref, en communication RH, l’époque est au clivage. Générations X, Y, Z ( je plains les prochains) sont différents de leurs parents, on ne pourrait donc pas s’adresser à eux comme à leurs ainés ! Et dans le travail ? Idem puisqu’ils souhaiteraient tous créer leur entreprise, trouver du sens, auraient d’autres envies.

Pourtant qui se bat contre la nouvelle loi travail ?  » La nuit debout  » cela vous parle ? A l’heure du tous entrepreneurs, le constat est sans appel : les jeunes sont dans la rue et manifestent pour conserver leur graal : LE CDI. Sans doute parce que sans CDI, pas de location, pas d’achat d’appartement, pas de prêt.  Alors certains désirs ( pour des raisons distinctes certainement ) sont bien les mêmes, non ?

Pourquoi générer du clivage ? La réponse est simple, c’est plus facile à vendre et cela multiplie les budgets en revanche l’intérêt stratégique pour l’entreprise est encore à prouver.

Il est indéniable que les générations n’ont pas les mêmes habitudes, les mêmes usages en consommation, il est évident qu’il y a des différences entre les Y et les Z mais il serait effarant de penser qu’il n’ y a pas de différences entre un Y et un autre Y tout comme il serait impensable de croire qu’il n’y a pas de point commun entre un Y et un X.

Alors entreprises, DRH, arrêtez de communiquer par clivage, arrêtez de chercher les différences et trouvez simplement un langage commun, celui qui réunit !

Partager l’article :